« Robin Hood & the Merry Men »

Enorme succès sur la plateforme de financement participatif Kickstarter (plus de 500 000 dollars levés en février dernier), « Robin Hood & the Merry Men » offre la promesse d’un jeu semi-coopératif fun et coloré.

Esthétiquement, le pari est réussi, avec un grand plateau de jeu joliment illustré dans un mode humoristico-cartoonesque et surtout des lots de pions et figurines customisés qui rendent la partie immédiatement immersive. L’objectif : empêcher la victoire du Shérif (auquel cas tous les joueurs ont perdu) et remporter le plus de points de victoire possible en rançonnant les convois alimentant le château de Nottingham, en participant à des concours de tirs à l’arc ou en partant aux Croisades. Comme dans « Scythe », un système de fin de partie permet de multiplier ses points d’honneur en fonction de la quantité d’objectifs réussis. L’un des aspects les plus intéressants du jeu est la gestion des captures (à la fois des gardes ennemis et de ses propres hommes) dont l’anticipation s’effectue par la pose de pièges sur le parcours. Les règles ne sont pas particulièrement compliquées, mais par moments un peu alambiquées et noyées dans de petits détails rébarbatifs lors de la première partie. Si le gameplay est fluide et le rythme général plutôt bon, on reste un peu sur notre faim, avec deux défauts principaux : l’un, plus structurel, lié à ces jeux coopératifs à information ouverte, qui a tendance à entraîner la surimplication du joueur maîtrisant le mieux le système (problème évidemment évité dans la version semi-coopérative) ; mais surtout manque de véritable profondeur stratégique, la part de l’aléatoire dans le tirage des cartes des adversaires et les nombreux lancers de dés n’étant pas vraiment compensée par la multiplicité des choix de positionnement de ses « Merry Men » dans les différentes zones du plateau. Par ailleurs, à moins de jouer en mode de difficulté élevé, la tension créée par le combat contre l’adversaire commun s’avère insuffisante. Malgré toutes ces critiques – qui visent plutôt les joueurs avancés -, « Robin Hood » reste un bon jeu familial dont le gros point fort, l’immersion, pourra se révéler suffisant à le faire tourner sur les tables ludiques pendant les fêtes.

Robin Hood & the Merry Men, édité par Final Frontier Games
1 à 5 joueurs à partir de 13 ans, durée 60-90 min.
Prix conseillé : 65 €
http://finalfrontiergames.com/?page_id=449

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *